DE CAFES TOUBA A KARTOFFELN : Aventure d’un Afro chez Merkel

Image

Il est environ 13 heures quand mon avion atterrit dans le petit aéroport de Berlin. Il fait à peu près 12 degrés mais avec un peu de soleil. Froid pour moi qui ai abandonné les 30 degrés Celsius du «ndakarou».

A ma descente, je suis accueilli par Amélie, une jolie demoiselle qui m’a vite reconnu. Elle s’étonne du fait que je n’ai pas assez de bagages. Question qui me paraît bizarre vue la courte durée de mon séjour. Je lui fais remarquer avec courtoisie que je n’étais pas en déménagement. Je crois qu’elle m’a compris. Lire la suite

Publicités

BEAUTE : Les Sénégalaises à la quête de l’essentiel inaperçu

Image

«Tu auras 1000frs CFA sur les 10 premières que nous allons rencontrer». Voici le pari que j’ai lancé à un ami avec qui je marchais dans les rues de Dakar. Le but du jeu est simple. Je lui donne cette somme qui équivaut à environ 2 euros pour chaque femme qui n’aura pas de mèche sur sa tête sur les 10 premières à venir. Lire la suite

Et si on monnayait nos tasses de « Café Touba » !

Image

Café touba, café « tout bakh »

Dans toutes les grandes villes du Sénégal, les tasses de « Café Touba » ont fini par prendre le dessus et sur les citoyens et leur environnement. A Dakar, ce n’est plus une information de  dire que la question de ces petites tasses en plastiques reste plus que d’actualité. Il suffit juste de voir autour de soi pour faire le constat désolant environnemental, les tasses jonchent les artères des rues avec la complicité totale de toute la couche sociale. Lire la suite

«GNAC»: Le mot qui fâche

« On nous traite de broussards pourtant nous sommes en ville. Je ne comprends pas pourquoi les Sénégalais nous insulte de la sorte « , me dit Razaki ,un étudiant cenrafricain . Depuis 3 ans qu’il vit au Sénégal, il est très remonté du fait qu’il soit considéré comme « Gnac ». Pour lui c’est ne rien d’autre que de la discrimination. Il me dit qu’il pense que les Sénégalais sont xénophobes . «Ce mot est comme un rejet à notre endroit nous les étrangers vivant ici», ajoute-t-il se sentant frustré. Lire la suite