Accueil » societe » « Ma fille, papa t’a violée »

« Ma fille, papa t’a violée »

Image

Les quotidiens dakarois nous servent chaque jour des faits divers dans leur livraison. Les affaires qui parlent de viol sont toujours au rendez-vous. Et cela devient banal pour beaucoup.

Banal, dans la mesure où derrière ces actes répréhensibles se cachent très souvent des accusations fantaisistes. Une dame qui m’aime bien m’a mise en garde de sortir avec une fille sans lui demander son âge. C’est vrai que nos jeunes dakaroises , khessal faisant et sans oublier leurs vêtements sexy , on donnerait 26 ans à une qui n’en a pas encore 18 .

Parlant des vêtements dit sexy, ici on les appelle «yéré toubab» ( habits occidentaux). Ces fameux yéré toubab font apparaître parfois des parties qu’un homme pieux comme moi préfère ne pas voir. En tout cas, dans les cars rapides ces parties dérangent nos vieux qui égrainent leurs chapelets à longuer de temps. D’autres préfèrent portés des lunettes noirs. Pourquoi? J’sais pas .

Je n’ai jamais compris la dénomination de yéré toubab, ou peut être l’usage qu’ont en fait. Lors de mon très court séjour dans le vieux continent, ce sont des jeunes filles décemment habillées que j’ai rencontrées, loin des inconvenances de nos dakaroises . Bon là n’est pas le sujet. Ce n’est qu’une parenthèse.

«Si tu penses qu’elle te raconte des histoires, demande lui sa carte d’identité pour vérifier. Sinon, tu pourrais te retrouver à Rebbeus», poursuit la dame qui est catégorique sur le fait que je dois demander l’âge d’une fille avant une quelconque action. A l’en croire, elle veut m’épargner toute accusation de viol. Pire quand c’est sur une mineure. Que Dieu m’en garde.

Le viol est sévèrement puni. On en court jusqu’à 10 ans de prison. Mais quand d’autres courent derrière 10 millions, il y a problème. «Teuss», c’est le nom de l’émission de société incontournable pour les dakarois qui chaque matin ont les écouteurs aux oreilles, même si certains font semblant de ne pas s’intéresser. Bon, ce n’est pas le débat.

Une dame raconte un jour sur le plateau de l’émission radio avoir porté plainte contre son mari parce qu’il aurait couché avec sa fille. Son mari entendu par la police a été vite relâché. Quelques semaines plus tard, il débarque dans la même émission avec sa fille pour démentir les accusations de son épouse. En réalité, la femme voulait régler des comptes personnelles avec son homme. Peut-être qu’elle espérait les retombées des dommages civils causés à la victime.

Un autre fait similaire s’est passé au tribunal. Une autre mère qui accuse son voisin d’avoir abusé de sa fille. Ironie du sort, le juge a fait sortir un rapport médical montrant que le hymen la demoiselle était intacte. De qui se moque-t-on.

On dit sous les tropiques, que tous les moyens sont bon pour se remplir les poches. Mais pas jusqu’à ce point. Si le discrédit commence à peser sur les victimes, cela n’est pas pour aider certains activistes de la question.

 

Dakaroisement parlant

Publicités

Une réflexion sur “« Ma fille, papa t’a violée »

Ton opinion, c'est par ici !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s